Últimas notícias do evento

Bem Vindos

Postado em Atualizado em

Bem Vindos

Na época tecnológica em que vivemos, a partilha de informação da mais popular até a

científica é um dado adquirido.

Pensamos que a nossa área profissional a da Saúde, seja um dos temas mais debatidos

no planeta, devido às implicações que tem com o nosso dia -a -dia.

Não existia até agora um local onde verdadeiramente pudéssemos trocar opiniões,

expor atualizações e falar da Saúde em geral para todo o mundo, desde técnicos a

leigos, vamos debater e partilhar informação na área da Saúde de uma forma honesta,

séria e global…

Bem Vindos ao Blog : maismais medicina.wordpress.com

Enviar artigos ao e-mail: cjldo2013@gmail.com.

Esperamos a vossa colaboração

Carlos Dinis MD

Juan Ortiz Rubio MD

Anúncios

#Una dieta con muchos o pocos #carbohidratos aumenta la mortalidad

Postado em

Reducir los carbohidratos e incrementar el consumo de proteínas y grasas se ha asociado en distintos estudios con más mortalidad; un nuevo trabajo desvela que esta relación no es tal si estos grupos de nutrientes son de origen vegetal.

Dietas bajas en carbohidratos que reemplazan estos compuestos con proteínas y grasas de origen vegetal se asocian con menor riesgo de muerte comparadas con aquéllas que sustituyen los hidratos por proteínas y grasas animales, según un trabajo publicado en The Lancet Public Health.

Es el resultado de un estudio observacional sobre más de 15.400 personas incluidas en el Estudio de Riesgo Comunitario de Aterosclerosis (ARIC, por sus siglas en inglés), que a su vez concluyó que tanto las dietas bajas (menos del 40 por ciento de la energía) como altas en carbohidratos (más del 70 por ciento) se asocian con mayor mortalidad.

El actual trabajo, confirmado con un metanálisis de estudios sobre el consumo de carbohidratos con más de 432.000 individuos de más de 20 países, asocia el incremento de la mortalidad en las dietas bajas en hidratos con el incremento del consumo de proteínas y grasas de ternera, cordero, cerdo, pollo y queso, mientras que en las dietas en que estos nutrientes procedían de vegetales, legumbres y frutos secos no presentaban dicho aumento en el riesgo de mortalidad.

Componentes de la dieta

“Es necesario revisar cuidadosamente cuáles son los componentes de una dieta que proporcionan protección ante el riesgo de mortalidad”, sostiene Sara Seidelmann, investigadora en Medicina Cardiovascular del Brigham and Women’s Hospital de Boston (Estados Unidos) y líder del estudio.

Así, los investigadores observaron asociaciones causales entre la reducción de carbohidratos y la disminución del consumo de vegetales, fruta y granos, lo que, sumado al aumento de la ingesta de carne, contribuye a incrementar los procesos inflamatorios, el envejecimiento celular y el estrés oxidativo, factores de riesgo para el aumento de la mortalidad.

#Dîner tôt pourrait-il réduire le risque de #cancer du sein ou de la #prostate ?

Postado em

 Le fait de dîner à une heure tardive et d’aller vous coucher directement après pourrait augmenter votre risque de cancer du sein ou de la prostate, suggère une nouvelle étude.

Des chercheurs espagnols ont analysé les données provenant de 621 patients atteints d’un cancer de la prostate et de 1 205 patientes atteintes d’un cancer du sein, ainsi que celles provenant de 872 hommes et de 1 321 femmes n’étant pas atteints de ces cancers.

Les individus prenant leur repas du soir avant 21 h ou attendant au moins deux heures après dîner pour aller se coucher présentaient un risque de cancer 20 % plus faible que ceux qui dînaient après 22 h ou qui allaient se coucher juste après dîner, selon l’étude.

Seule une association a été observée dans cette recherche, qui ne prouve pas que le fait de manger tard le soir cause ces cancers.

« Notre étude conclut que le fait de suivre des habitudes de prise des repas [durant la journée] est associé à un risque plus faible de cancer », indique Manolis Kogevinas, auteur principal et chercheur à l’Institute for Global Health (ISGlobal) de Barcelone.

Les résultats « soulignent l’importance d’évaluer les rythmes circadiens dans les études portant sur l’alimentation et le cancer », annonce Kogevinas dans un communiqué de presse de l’institut.

Si ces résultats sont confirmés, « ils auront des implications en termes de recommandations pour la prévention du cancer, qui ne prennent actuellement pas en compte l’heure de prise des repas », explique Kogevinas.

L’impact pourrait être particulièrement important dans des régions telles que l’Europe du Sud, où il est normal de dîner tard.

Davantage de recherches sont nécessaires afin de comprendre les résultats, mais Dora Romaguera, un autre co-auteur de l’étude, ajoute que « tout semble indiquer que l’heure choisie pour le sommeil affecte notre capacité à métaboliser la nourriture ». Romaguera est chercheuse à l’ISGlobal.

Bien que des recherches très poussées aient exploré les liens entre divers types d’aliments et le risque de cancer, l’impact éventuel de l’heure de prise des repas et de l’activité qu’ont les individus avant et après les repas n’a attiré que peu d’intérêt, déclarent les auteurs de l’étude.

L’étude a été publiée le 17 juillet dans la revue International Journal of Cancer.

#Breast Cancer Drug Promising in Phase 3 Trial

Postado em

 By Steven Reinberg

 For women with advanced breast cancer who carry the BRCA1 and BRCA2 gene mutations, an experimental drug could improve survival, a new study suggests.

The BRCA mutations are linked with a greater risk for aggressive breast and ovarian cancer. The drug, talazoparib, works by blocking an enzyme called poly ADP ribose polymerase (PARP), thus preventing cancer cells from killing healthy ones.

In a phase 3 trial of 431 women, funded by the drug’s maker, those who received talazoparib lived longer without their cancer progressing than women treated with standard chemotherapy by an average of three months, researchers found.

“For women with metastatic breast cancer and a BRCA mutation, PARP inhibitors may be considered for their treatment,” said lead researcher Dr. Jennifer Litton, an associate professor of breast medical oncology at the University of Texas M.D. Anderson Cancer Center in Houston.

When it’s functioning properly, BRCA actually helps repair damaged DNA and prevents tumors, but when BRCA1 and BRCA2 go awry, they encourage breast cancers.

PARP inhibitors such as talazoparib appear to interfere with the function of mutated BRCA in breast cells, causing them to die rather replicate.

In addition, several ongoing studies are looking at combinations with PARP inhibitors “to try to expand who may benefit or lengthen how long they may work,” Litton said.

The trial results are preliminary, as talazoparib has not yet been approved by the U.S. Food and Drug Administration.

In January, the FDA approved the first PARP inhibitor, Lynparza, to treat BRCA-mutated breast cancer.

Similar drugs have already been used to treat advanced, BRCA-mutated ovarian cancer, according to the agency.

In the current trial, the women who were randomly selected to receive talazoparib had a higher response rate to treatment than women who received standard chemotherapy: 63 percent versus 27 percent, the researchers found.

The drug does have side effects. Among women receiving talazoparib, 55 percent had blood disorders, mostly anemia, compared with 38 percent of those receiving standard chemotherapy.

In addition, 32 percent of the women receiving talazoparib had other side effects, compared with 38 percent of those on standard chemotherapy.

Oncologist Dr. Marisa Weiss is the founder and chief medical officer of Breastcancer.org. “Smart medicines like this PARP inhibitor work better than traditional chemo in women with HER2-negative metastatic disease and a BRCA1/2 genetic mutation,” she said.

This targeted form of treatment takes advantage of a weakness in the BRCA gene to further cripple the cancer cell’s ability to repair itself, grow and spread, said Weiss, who was not involved with the study.

Normal cells are mostly spared. As a result, more cancer cells are killed with fewer side effects, Weiss said.

“Most importantly, patients themselves have reported a better experience with less hair loss and improved quality of life,” she said.

Weiss advises women with advanced breast cancer to have genetic testing.

“In both my clinical practice and within the online support community, we advise women with metastatic breast cancer to get genetic testing upon diagnosis, in order to get the best care first,” she said.

The trial was funded by drug maker Pfizer, and the results were published Aug. 15 in the New England Journal of Medicine.

#Celular antes de dormir afeta #sono, #hormônios e #desenvolvimento infantil

Postado em

 

Crianças que têm acesso a eletrônicos, como celulares e tablets, na hora de dormir, estão sujeitas a desenvolver uma série de problemas de comportamento e de saúde.

Uma pesquisa do King’s College, de Londres, reuniu dados de 125.198 crianças e adolescentes entre 6 e 19 anos de idade, em diversos países, e detectou efeitos negativos do uso do aparelho no período de descanso em diferentes graus de gravidade. Os pesquisadores verificaram de má qualidade do sono a doenças como obesidade e depressão infantil.

E não são só pesquisadores e pais que têm se preocupado com o assunto. Neste fim de semana, dois grandes grupos de investidores com US$ 2 bilhões em ações da Apple pediram, em carta aberta, que a empresa desenvolva softwares que limitem o uso de smartphones por crianças. Os acionistas citam justamente estudos mostrando o impacto negativo do celular e das redes sociais em excesso na saúde física e mental dos jovensa para justificar o apelo. A Apple ainda não respondeu a eles.

Impactos

O modo como os jovens têm usado a tecnologia têm sido diversos e cada vez mais intenso, segundo o estudo do King’s College. E, para cada uso, há variados impactos gerados na vida deles.

A médica Roberta Magalhães, no Rio de Janeiro, quase todos os dias precisa chamar a atenção da filha Roberta, de 9 anos, para desligar o celular na hora de dormir.

“Com certeza atrapalha. Ela fica horas navegando na internet, no Instagram, WhatsApp, Musical.ly, assistindo vídeos no YouTube. Depois demora a dormir. Fica rolando na cama”, conta.

Roberta diz ainda não ter observado impactos negativos na rotina, mas observa atentamente: “Se interferir, tiramos o celular na hora.”

Na casa da professora carioca Rovana Machado, a situação na hora de dormir não é diferente com o filho Theo, de 14 anos. “Ele fica fissurado olhando a tela. Acho que atrapalha bastante e, quando vejo, mando desligar, mas adolescente é fogo. Fazem as coisas escondidos e temos que repetir mil vezes.”

Além dos efeitos sobre o sono e a propensão a desenvolver doenças, os pesquisadores mostraram que deixar o celular ou o tablet no quarto das crianças, mesmo que eles não os utilizem, também afeta o período de descanso. A mera expectativa de receber mensagens nas mídias sociais deixava as crianças e adolescentes em estado de alerta.

“Esse tipo de estudo endossa o que as pessoas de bom senso já sabiam. Os eletrônicos dão uma sossegada nas crianças por um tempinho mas, no médio e longo prazo, são muito ruins para o organismo”, observa o neurologista Leonardo Ierardi Goulart, médico especialista em doença do sono do Hospital Albert Einstein, em São Paulo, onde também recebe crianças e adolescentes com problemas de sono e relatos de uso de eletrônicos à noite.

O estudo do King’s College observa que o distúrbio do sono na infância é conhecido por causar danos à saúde mental e física. Isso incluiria obesidade, queda do sistema imunológico, crescimento atrofiado e problemas mentais como depressão e tendência suicida.

Em 2016, um estudo da Sociedade Real para Saúde Pública (RSPH, na sigla em inglês), na Grã-Bretanha, foi além e alertou que dormir pouco ou mal é um dos fatores que levariam a doenças graves como câncer e ataques cardíacos.

A importância do sono

Para a neurologista Anna Karla Smith, do Instituto do Sono, de São Paulo, o descanso é tão importante para o desenvolvimento e bem-estar da criança quanto a nutrição e a atividade física.

“O sono é um estado em que há uma série de processamentos, onde há a fabricação de alguns hormônios muito importantes para o corpo”, comenta a médica à BBC Brasil.

“Nas crianças existe o GH, o hormônio do crescimento, essencial para o desenvolvimento do corpo. Esse hormônio é liberado durante o sono profundo que a criança entra poucos minutos depois de adormecer. Nessa fase há o pico de sua fabricação.”

 

Dormir pouco ou mal é um dos fatores que levariam a doenças graves como câncer e ataques cardíacos

A neurologista explica que se a criança vai dormir tarde, por exemplo, os hormônios ainda serão liberados, mas de maneira antifisiológica. “Ela está indo contra a sua natureza. A quantidade de hormônio do crescimento produzida pode ser pouca ou até inexistente em casos extremos se houver patologia. A própria distribuição do hormônio do crescimento estará alterada ao longo do dia”, explica a especialista.

A liberação de outros hormônios também é prejudicada, segundo a médica, já que em diferentes etapas do sono há a produção da leptina (hormônio da saciedade), do cortisol (que ajuda a manter estabilidade emocional, controla inflamações e alergias) e do TSH (estimulador da tireóide).

Como o uso de eletrônicos atrapalha?

O uso de eletrônicos atrapalha o sono, em primeiro lugar, porque o simples fato de ligar o celular ou tablet para brincar com um jogo faz com que a criança, por exemplo, atrase sua hora de ir para cama e durma menos.

Em segundo lugar, diz o estudo da King´s College, o conteúdo pode ser muito estimulante – e gerar uma excitação que atrase o início do relaxamento.

Em terceiro lugar, a forte luz emitida pelas telas dos dispositivos gera um impacto no corpo, afetando o relógio biológico e a percepção do cérebro do que é noite ou dia.

A chamada “luz azul” já foi alvo de diversos estudos nos últimos anos. O mais recente, da Universidade de Haifa, em Israel, constatou que a luz azul, presente nas telas de celulares, tablets e computadores, inibe a secreção da melatonina, o hormônio que avisa o nosso corpo que está na hora de dormir.

O organismo também não ativa seu mecanismo natural que reduz a temperatura corporal. O normal é que a temperatura do corpo caia durante a madrugada e volte a subir quando estamos prestes a despertar. Isso, contudo, não ocorre se o cérebro recebe a mensagem que ainda estamos em estado de vigília.

“O estímulo biológico para o sono fica prejudicado pela luminosidade. Porém o problema não é só a luz, mas também pensar em um monte de coisas, condicionando o momento do sono com a execução de tarefas sociais. Talvez isso atrapalhe mais do que a luz”, observa o neurologista Goulart.

Luz azul x luz vermelha

A luz branca azulada emitida pelas telas de dispositivos eletrônicos prejudica a duração e, principalmente, a qualidade de sono – ao contrário da luz branca avermelhada que não causa interferência no organismo.

Esta é a conclusão de uma pesquisa realizada pela Universidade de Haifa, em Israel, e pela Clínica do Sono Assuta. Pela primeira vez, foi feito um estudo comparativo entre os dois tipos de luminosidade. Para isso, foram usados filtros que bloqueavam a luz azul e depois a vermelha.

“A luz emitida pela maioria das telas é azul e danifica os ciclos do corpo e nosso sono”, explica o professor Abraham Haim, um dos autores da pesquisa. Embora o olho humano não consiga identificar todos os espectros da luminosidade nas telas, o cérebro capta o tom azulado.

A neurologista Anna Karla Smith, do Instituto do Sono, de São Paulo, diz que levantamentos como esse comprovam que a exposição à luz azul suprime a produção de melatonina, o hormônio que avisa o nosso organismo que está na hora de dormir.

“Quanto mais próximo aos olhos, pior. Recebemos mais luminosidade o que desregula o nosso ritmo circadiano, de sono e vigília”, explica à BBC Brasil a neurologista, cujos pacientes, em sua maioria, relatam usar eletrônicos na cama.

Prejuízos

De acordo com a neurologista, no curto prazo, os “prejuízos, às vezes, não são perceptíveis”. Mas a falta de sono “pode interferir no rendimento cognitivo porque o processamento de memória, que ocorre na segunda metade da noite, provavelmente não aconteceu ou não aconteceu de maneira satisfatória”.

“Em curto prazo, pode afetar a consolidação de informações recém-aprendidas porque vai ter um sono mais superficial, mais fragmentado e não reparador”, afirma Leonardo Ierardi Goulart, médico especialista em doença do sono do Hospital Albert Einstein, em São Paulo.

Ele explica que as atividades cerebrais que assimilam os conhecimentos adquiridos durante uma aula, por exemplo, ocorrem durante o sono profundo. É nesse momento que o cérebro processa, revisa e armazena a memória.

Em longo prazo, porém, os riscos são maiores. “Não é uma insônia, de dois, três, seis meses”, destaca Anna.

No longo prazo, ela explica, há uma “bagunça de hormônios” que controlam, por exemplo, a saciedade. Se não produz esse hormônio, a leptina, cuja liberação ocorre ao longo da noite e no início da manhã, o indivíduo vai comer mais, podendo ficar obeso e diabético.

Problema é mais sério no longo prazo

Mas é no longo prazo que as consequências se tornam mais sérias. “Pode gerar insônia. A pessoa fica condicionada àquele ambiente de alerta e daí, mesmo que ela vá para cama sem celular ou iPad, o cérebro acha que aquele é um lugar de vigília e não de descanso”, diz Goulart.

 

É durante o sono que o cérebro processa, revisa e armazena a memória

Indivíduos que têm ciclos de sono distorcidos, que ficam acordados de madrugada e acordam à tarde, por exemplo, possuem imunidade baixa, segundo a neurologista Ana Karla Smith. “Há estudos que relacionaram mulheres que trabalham em turnos à noite com maior incidência de câncer de mama”, conta a médica.

Em quadros mais graves de distúrbios do sono, o desequilíbrio hormonal é ainda maior o que, consequentemente, leva a quadros de saúde mais graves como doença cardiovascular, AVC, obesidade, depressão, entre outras.

Cansaço e mau humor

Na pesquisa da Universidade de Haifa, 19 voluntários, entre 20 e 29 anos, participaram sem saber qual era o objetivo do estudo. Na primeira fase, durante uma semana eles usaram um actígrafo, pequeno aparelho que possibilita obter informações sobre os horários em que uma pessoa dormiu e acordou. Em um diário eram registrados os hábitos e qualidade de sono.

Na segunda parte, realizada no laboratório da Clínica de Sono Assuta, os voluntários foram expostos a telas de computadores das 21h até 23h – horário em que a glândula pineal começa a produzir e expelir a melatonina.

Os participantes ficaram em contato com quatro tipos de luz: luz azul de alta intensidade, luz azul de baixa intensidade, luz vermelha de alta intensidade e luz vermelha de baixa intensidade.

Eles foram conectados a instrumentos que medem as ondas cerebrais e podem determinar os estágios de sono de uma pessoa durante a noite, incluindo quando despertam sem notar.

Na manhã seguinte, os voluntários completaram questionários sobre como se sentiam.

Em média, a exposição à luz azul reduziu a duração do sono em aproximadamente 16 minutos. Essa mesma luz também diminuiu de forma significativa a produção de melatonina, enquanto que, com a luz vermelha, a produção do hormônio ficou em um nível normal.

Danos

Os pesquisadores explicam que os danos na produção de melatonina refletem no relógio biológico do corpo humano. Foi evidenciado, por exemplo, que a exposição à luz azul não deixa o organismo ativar o mecanismo natural que reduz a temperatura corporal.

“Naturalmente, quando o corpo começa a adormecer reduz sua temperatura, alcançando seu menor nível por volta das quatro horas da madrugada. Quando o corpo volta para sua temperatura normal, acordamos”, explica Haim.

“Depois da exposição à luz vermelha, o corpo continuou a se comportar normalmente, mas exposto à luz azul ele manteve sua temperatura normal à noite – o que evidencia danos ao nosso relógio biológico.”

Foi ainda observado que com a luz vermelha em ambas intensidades as pessoas acordaram, em média, 4,5 vezes. Na luz azul de baixa intensidade, foram 6,7 vezes, enquanto que, na alta intensidade, foram 7,6 vezes que despertaram.

No dia seguinte, os voluntários relataram terem sentido mais cansaço e mau humor após a exposição à luz azul.

Como proteger os olhos: lentes especiais, aplicativos e até vitamina

Para combater a luz azul, já foram lançados óculos com lentes especiais e aplicativos eletrônicos que alteram a cor da luz das telas. Na Austrália, a empresa Caruso’s Natural Health lançou até uma vitamina que diz proteger os olhos da luz azul.

A eficácia, no entanto, não foi comprovada cientificamente.

#La exposición al #humo del tabaco en la infancia puede aumentar el #riesgo de cáncer en pulmón en adultos

Postado em

La exposición prolongada al humo del tabaco en la infancia puede aumentar el riesgo de muerte por EPOC y cáncer de pulmón en la edad adulta.

Hombre fumando.

Ryan Diver, epidemiólogo de la Asociación Americana del Cáncer, ha analizado la relación entre la exposición al humo en niños y adultos con la muerte por diversas causas como cardiopatía isquémica, ictus  y EPOC entre 70.900 hombre y mujeres no fumadores.. Los participantes, de entre 50 y 74 años al inicio del estudio, respondieron cuestionarios sobre la exposición al humo durante la infancia y de adultos y se hizo un seguimiento de 22 años.

Los participantes del estudio que habían convivido diariamente en un ambiente con humo en la infancia tuvieron un 31 por ciento más de mortalidad por EPOC que los que no habían estado en un ambiente sin humo.

Además, la exposición al humo en la edad adulta, de 10 horas o más a la semana, se asoció con un nueve por ciento más de riesgo de mortalidad por todas las causas, un 27 por ciento más por cardiopatía isquémica, 23 por ciento por ictus, y un 42 por ciento más de riesgo de muerte por EPOC.

“Es el primer estudio que identifica una asociación entre la exposición al humo en la infancia y el riesgo de muerte por EPOC en la edad adulta”, ha dicho Diver. Los resultados sugieren que la exposición al humo en la edad adulta aumenta el riesgo de muerte por EPOC. Estos resultados aportan más evidencias para reducir la exposición al humo del tabaco en cualquier edad

#Les algues : quels bienfaits pour la santé ?

Postado em

Les algues : quels bienfaits pour la santé ?

Valeur nutritive des algues

  Varech et kombu crus, 100 g Wakame cru, 100 g Dulse et nori séchées, 10 g
Calories 43 45 21,7
Protéines 1,7 g 3,0 g 3,6 g
Glucides 9,6 g 9,1 g 2,4 g
Lipides 0,6 g 0,6 g 0,2 g
Fibres alimentaires 1,3 g 0,5 g 0,2 g
Charge glycémique :   Non disponible
Pouvoir antioxydant :  Non disponible

Sources : Santé Canada. Fichier canadien sur les éléments nutritifs, 2010.

Les bienfaits des algues sur la santé

Les algues sont surtout consommées en Asie. En Occident, on les utilise presque uniquement dans les sushis ou comme condiments. Pourtant, la valeur nutritionnelle des algues est exceptionnelle et elles possèdent un goût raffiné. Un nouveau légume à découvrir.

Les algues marines constituent un groupe hétérogène comprenant des centaines de plantes vivant en eau douce ou salée. On pourrait dire qu’il s’agit de légumes aquatiques. Leur taille varie de moins d’un millimètre pour les algues microscopiques, à quelques centaines de mètres pour les laminaires géantes.

On classe habituellement les algues marines comestibles par leur couleur : les algues vertes, les algues brunes et les algues rouges. Les plus courantes dans le commerce sont la laitue de mer, les cheveux de mer, la dulse (rhodyménie palmé ou petit goémon), la mousse d’Irlande (ou carragheen, dont on tire la carragénine), le haricot ou spaghetti de mer, la nori (ou porphyre, utilisée pour les sushis), le wakame, l’hijiki, le varech et les laminaires.

On sait que la consommation régulière de légumes (dont les algues) contribue à maintenir une bonne santé et à prévenir une foule d’affections. L’action particulière des algues sur les maladies cardiovasculaires, le diabète, l’hypercholestérolémie et l’hypertension serait due entre autres aux antioxydants, aux fibres et aux phytostérols qu’elles contiennent.

Les bienfaits des algues sur le cancer

Des études ont démontré que différentes algues ou leurs composés avaient la capacité de contrer le développement de tumeurs mammaires chez l’animal8 et d’induire la mort de certaines cellules cancéreusesin vitro9,19,20. Les algues, qui ont tendance à s’opposer à l’oestrogène, pourraient constituer un facteur protecteur dans le développement des cancers hormonodépendants comme ceux du sein ou de la prostate13,21.

Des études épidémiologiques indiquent que les populations consommant une diète de type asiatique présentent une incidence plus faible de ces cancers, comparativement aux populations ayant une alimentation de type nord-américaine10-12. Cette constatation a été largement attribuée à la grande consommation de soya chez les Asiatiques, mais la consommation élevée d’algues chez cette population pourrait aussi y jouer un rôle. De plus, une carence en iode et en sélénium, deux nutriments abondants dans les algues, pourrait jouer un rôle dans la formation du cancer du sein14. Toutefois, le rôle réel des algues dans la prévention des cancers hormonodépendants reste encore à préciser.

Une étude in vitro publiée en 2010 montre que le fucoïdane (un sucre retrouvé dans les algues brunes marines) induit la mort des cellules leucémiques humaines grâce entre autres à la production d’oxyde nitrique (NO)19. Les auteurs mentionnent que le fucoïdane pourrait augmenter l’efficacité des agents de chimiothérapie traditionnels pour provoquer la mort des cellules cancéreuses. Dans une autre étude in vitro, le fucoïdane a détruit des cellules du sein cancéreuses20. Selon les auteurs, le fucoïdane est un composé prometteur dans la prévention du cancer du sein et sa valeur thérapeutique mérite d’être analysée.

Les algues, un puissant antioxydant

Plusieurs extraits d’algues brunes, rouges et vertes cultivées en Europe ou en Asie ont démontré une activité antioxydante in vitro1. Leur composition en antioxydants et leur capacité antioxydante varient selon plusieurs facteurs, comme la profondeur où elles poussent et leur degré d’exposition aux rayons ultraviolets (UV). Les algues contiennent différents composés antioxydants incluant des caroténoïdes (lutéine et zéaxanthine), des flavonoïdes (catéchines), des acides phénoliques (tannins) ainsi que certaines vitamines (principalement les vitamines C et E).

Les algues pour faire le plein de fibres

Les algues contiennent des quantités intéressantes de fibres, particulièrement sous forme soluble4. Selon la variété, une portion d’algues fraîches peut contenir jusqu’à 8 % de la quantité de fibres recommandée quotidiennement5. Les algues séchées, quant à elles, contiendraient de 35 % à 50 % de leur poids sous forme de fibres. De façon générale, une alimentation riche en fibres alimentaires peut contribuer à la prévention des maladies cardiovasculaires, ainsi qu’au contrôle du diabète de type 2 et de l’appétit. Les fibres contenues dans les algues pourraient être plus efficaces pour diminuer le cholestérol sanguin et l’hypertension que celles d’autres sources4.

Les algues brunes marines (laminaria longicruris) que l’on retrouve dans le Golfe du St-Laurent, plus spécifiquement en Gaspésie, au Québec, sont particulièrement riches en deux types de fibres solubles : le laminaran (un sucre non digestible de la famille des β-glucans) et les fucanes22. Ces composés possèdent plusieurs propriétés biologiques intéressantes23. Le laminaran lutterait contre les tumeurs et modulerait la réponse immunitaire. Les fucanes auraient des propriétés anticoagulantes, anti-inflammatoires et antivirales. Une équipe de chercheurs québécois a observé que la période de récolte des algues avait une influence sur leurs teneurs en laminaran et en fucanes24,25.

Pour lutter contre le cholestérol

Le wakame et la nori contiennent des phytostérols6. Ces composés ressemblent au cholestérol sur le plan chimique et empêchent l’absorption de ce dernier dans l’organisme. La consommation de phytostérols pourrait réduire les taux de cholestérol dans le sang, particulièrement le cholestérol LDL (mauvais cholestérol)7. Par contre, pour observer de tels effets, de grandes quantités d’algues séchées devraient être consommées quotidiennement6, et aucune étude n’a jusqu’à maintenant évalué l’impact de la consommation de phytostérols des algues sur le cholestérol sanguin.

L’iode

L’iode entre dans la composition des hormones thyroïdiennes, nécessaires à la régulation de la croissance, du développement et du métabolisme. Par contre, des concentrations trop élevées en iode peuvent provoquer des problèmes de fonctionnement de la glande thyroïde. Malgré les quantités d’iode relativement élevées dans la nori, sa consommation usuelle ne présente pas de risque notable pour la santé. Par contre, il est recommandé aux gens consommant des algues de façon régulière de choisir celles contenant le moins d’iode, par exemple la laitue de mer, le porphyre (nori japonais) et la dulse. Une ou deux feuilles de nori (équivalant à 8 à 15 sushis) suffisent pour combler les besoins quotidiens en iode.

Vitamines et minéraux principaux

Excellente source Vitamine A La dulse et la nori crues sont d’excellentes sources de vitamine A. La dulse et la nori séchées sont d’excellentes sources pour la femme et de bonnes sources pour l’homme.
Excellente source Vitamine B2
(riboflavine)
La dulse et la nori crues et séchées sont d’excellentes sources de vitamine B2. Le wakame cru est une excellente source pour la femme, mais une bonne source pour l’homme. Le varech (kelp) et la kombu crus en sont de bonnes sources.
Excellente source Vitamine B9 (Folate) Les algues sont toutes d’excellentes sources de vitamine B9 (folate).
Excellente source Vitamine C La dulse et la nori crues sont d’excellentes sources de vitamine C pour la femme, mais de bonnes sources pour l’homme. La dulse et la nori séchées en sont de bonnes sources.
Excellente source Vitamine K Toutes les algues, sauf la dulse et la nori séchées, sont d’excellentes sources de vitamine K.
Excellente source Cuivre La dulse, la nori et le wakame crus sont d’excellentes sources de cuivre. La dulse et la nori séchées, ainsi que le varech (kelp) et la kombu crus en sont de bonnes sources.
Excellente source Fer Le varech (kelp), la kombu crus et le wakame cru sont d’excellentes sources de fer pour l’homme et de bonnes sources pour la femme. La dulse et la nori crues et séchées sont de bonnes sources de fer pour l’homme et des sources pour la femme.
Excellente source Manganèse La dulse et la nori crues et séchées, ainsi que le wakame cru sont d’excellentes sources de manganèse. Le varech (kelp) et la kombu crus sont de bonnes sources pour la femme et des sources pour l’homme.
Excellente source Magnésium Le varech (kelp), la kombu et le wakame cru sont d’excellentes sources de magnésium.
Bonne source Vitamine B5
(acide pantothénique)
Le wakame cru est une bonne source de vitamine B5 (acide pantothénique).
Bonne source Calcium Le varech (kelp), la kombu et le wakame crus sont de bonnes sources de calcium.
Bonne source Phosphore Le wakame cru est une bonne source de phosphore.
Bonne source Zinc Le varech (kelp), la kombu, la dulse et la nori crus sont de bonnes sources de zinc pour la femme.

 

 

Biodisponibilité de la vitamine B12 des algues

La vitamine B12 trouvée dans les algues est souvent considérée comme inactive, donc non assimilable par l’organisme. Des chercheurs ont pourtant démontré que la nori contiendrait des quantités appréciables de vitamine B12 biologiquement active15. Des rats ayant une carence en vitamine B12 ont reçu une alimentation enrichie de nori pendant 20 jours; les chercheurs ont observé une augmentation des taux de vitamine B12 dans leur foie16. Il faut tout de même préciser que ces résultats chez l’animal ne sont pas nécessairement transposables chez l’humain. L’absorption et le métabolisme de la vitamine B12 provenant de plantes marines, comme l’algue, devront être évalués chez l’homme.

La méthode de séchage des algues pourrait vraisemblablement influencer la biodisponibilité de cette vitamine. Le séchage à l’air rendrait la vitamine B12 « inactive », tandis que la lyophilisation (séchage à froid) n’aurait pas cet effet16. À la lumière de ces études et étant donné les différentes variétés d’algues consommées, il est conseillé de ne pas se fier aux algues pour combler nos besoins quotidiens en vitamine B12. Les végétariens, dont l’apport en cette vitamine est souvent déficient, devront se tourner vers d’autres aliments (particulièrement les aliments enrichis en cette vitamine, comme le lait de soya) pour en combler leurs besoins.

Précautions pour la consommation d’algues marines

Hijiki et arsenic

L’Agence canadienne d’inspection des aliments conseille d’éviter la consommation de l’algue marine hijiki (une algue noire, légèrement amère, vendue séchée)18. Le contenu en arsenic inorganique de celle-ci pourrait dépasser les taux quotidiens acceptables, même lorsqu’elle est consommée en petites quantités. Parmi plusieurs échantillons d’algues analysés, dont la dulse, la porphyre et la laminaire japonaise (kombu), seule la variété hijiki contenait une teneur élevée en arsenic inorganique. L’exposition à des concentrations élevées d’arsenic inorganique a été associée à des troubles gastro-intestinaux, à l’anémie et à des dommages au foie.

Anticoagulants et vitamine K

Les algues contiennent de grandes quantités de vitamine K, nécessaire entre autres à la coagulation du sang. Les personnes qui prennent des médicaments anticoagulants (par exemple Coumadin®, Warfilone® et Sintrom®) doivent adopter une alimentation dans laquelle le contenu en vitamine K est relativement stable d’un jour à l’autre. Pour ces personnes, les algues ne doivent pas être consommées comme mets principal (un repas de sushis, par exemple). Il est conseillé aux personnes sous anticoagulothérapie de consulter une diététiste-nutritionniste ou un médecin afin de connaître les sources alimentaires de vitamine K pour assurer un apport quotidien le plus stable possible.

 

Profil santé
Recherche et révision scientifique
sous la direction de Louise Corneau, Dt.P., M.Sc., nutritionniste, Institut des nutraceutiques et des aliments fonctionnels (INAF), Université Laval.
(août 2010)

Mise à jour : Juillet 2017

 

Idées recettes

avec des algues

Pour accéder à d’autres recettes, vous pouvez vous rendre sur le site de recettes de cuisine CuisineAZ.com, qui propose entre autres, les recettes suivantes : recettes à base d’algues , algues pour maki, algues pour sushi

Les algues peuvent être dégustées à peine cuites et encore croquantes; ou cuites très longuement et presque fondues dans le plat. Bien qu’elles accompagnent généralement le poisson, rien n’interdit de les cuire avec de la volaille ou de la viande.

Préparation

Réhydrater les algues séchées. Le temps de réhydratation des algues varie selon les types. Cheveux de mer, laitue de mer, porphyre et dulse ne prennent que quelques minutes; les spaghettis de mer et les hijikis prendront 15 minutes; le varech, le wakame et les laminaires de 30 à 60 minutes. On peut utiliser un autre liquide que l’eau pour les réhydrater : vin blanc, vinaigre, bière, etc. À éviter, toutefois, le vin rouge ou le vinaigre de vin rouge, dont le tanin réagit avec l’iode.

On peut rôtir à sec la nori en la passant au-dessus de la flamme d’une cuisinière à gaz ou en la mettant sur une plaque électrique. Au Japon, c’est une technique courante pour la fabrication des sushis, la préparation de fines omelettes, ou pour les autres emplois culinaires de cette algue.

  • Ajoutez des algues en fin de cuisson dans les soupes, les légumes cuits, les légumineuses, le riz, les pâtes.
  • Assaisonnez-en les pizzas aux fruits de mer.
  • On peut en ajouter dans les sauces au beurre, la mayonnaise, les vinaigrettes, la moutarde.
  • Maïs à l’amérindienne : assaisonnez le maïs en crème de poudre d’algues.
  • Découpez les algues en fines lanières, grillez-les et ajoutez-les à une salade de chou ou de nouilles soba cuites et refroidies. Servez la salade de nouilles accompagnée de ciboulette hachée, de moutarde japonaise et d’une sauce d’accompagnement.
  • Salade de crevettes, de concombre et de wakame : coupez un concombre dans le sens de la longueur, épépinez-le et coupez-le en fines tranches. Mettez-le à dégorger avec un peu de sel dans une passoire, rincez à l’eau et égouttez. Faites tremper les algues une dizaine de minutes dans l’eau froide, égouttez-les, puis mélangez-les avec les tranches de concombre, des crevettes cuites et de fines lamelles de gingembre. Assaisonnez d’une sauce au vinaigre de riz, dashi, sauce soya, miel et mirin.
Les algues antiflatulences!
Ajoutées aux légumineuses pendant qu’elles cuisent, les algues ont la propriété d’en réduire le temps de cuisson, et de les rendre plus digestes (réduire les flatulences) tout en raffinant leur goût et leur texture. Cette action serait attribuable à leur richesse en glutamates.
  • Ajoutez 1 c. à soupe d’algue moulue dans une préparation à omelette ou, pour un mets plus élaboré, préparez une omelette à la japonaise, constituée de quelques couches d’oeufs intercalées de nori.
  • Incorporez des algues dans les préparations à pains, à biscuits, à crêpes et, pourquoi pas, à gâteaux et à muffins. Certains n’hésitent pas à en faire des glaces et des sorbets, d’autant qu’elles ont un pouvoir gélifiant qui permet à la préparation de « prendre ».
  • Réhydratez une algue sèche, enroulez-la autour d’un poisson et faites cuire au four ou à la vapeur. Ou farcissez le poisson d’algues. Ou encore, faites-le mariner 30 minutes dans du jus de citron agrémenté de quelques cuillerées de poudre d’algue, avant de le cuire.
  • Crevettes et pétoncles peuvent être cuits à la vapeur, enveloppés dans un morceau d’algue réhydratée.
  • On peut aussi faire cuire un poisson entier à l’étouffée après l’avoir déposé sur une feuille de varech dans une casserole. Ajoutez un peu d’eau, couvrez et laissez mijoter sur le feu une vingtaine de minutes.
  • Dashi : ce bouillon incontournable de la cuisine japonaise entre dans la composition d’une multitude de plats, qu’il s’agisse de soupes, de ragoûts ou de sauces. On en trouve de l’instantané, qu’il suffit de diluer dans l’eau, mais il est très facile de le préparer soi-même. Pour 2 l d’eau, il faut environ 40 g de varech et 60 g de flocons de bonite (préparation à base d’un poisson de la famille du thon que l’on trouve dans les épiceries asiatiques). Essuyez le varech avec un linge humide et mettez-le sur le feu dans une casserole avec l’eau. Dès l’apparition des premières bulles, vérifiez la texture du varech en enfonçant l’ongle du pouce dans sa partie la plus épaisse. S’il pénètre aisément, c’est que le varech est à point. Sinon, remettez à mijoter quelques minutes sans toutefois faire bouillir. Réservez le varech. Ajoutez une demi-tasse d’eau froide pour abaisser la température du bouillon, ajoutez les flocons de bonite, amenez à ébullition et retirez du feu. Laissez les flocons de bonite se déposer au fond, puis passez sans presser.
  • Consommé au tofu et aux algues wakame : réhydratez les algues en les mettant une dizaine de minutes dans l’eau froide, égouttez-les et coupez-les en lanières grossières, en enlevant, au besoin, les côtes dures. Tranchez le tofu, puis découpez-le en cubes ou en rectangles. Disposez les algues et le tofu dans les bols, recouvrez de bouillon dashi réchauffé et assaisonné de sauce soya et de saké, et garnissez de fines lanières de zeste de citron.
  • On peut préparer les algues en tempura comme les autres légumes. Les Japonais s’en servent également en décoration : ils enroulent de fines lanières autour des queues des crevettes ou autour d’un paquet de nouilles soba pour en faire de jolis petits fagots qui seront mis à frire avec les légumes ou le poisson.
  • Quiche marine : faites revenir une échalote dans du beurre ou de l’huile, ajoutez des morceaux d’algues réhydratés, faites cuire quelques minutes, puis mettez cette préparation dans une pâte brisée. Recouvrez d’un mélange d’oeufs battus avec un peu de crème et saupoudrez de parmesan râpé ou garnissez de fines tranches de saumon. Faites cuire au four.

Condiments à base d’algues. Voici quelques classiques de la cuisine japonaise.

Apprivoiser les algues
Il faut parfois un certain temps à l’organisme pour s’habituer aux algues, dont les effets laxatifs sont bien réels. On recommande de les inclure de façon progressive dans son alimentation. Éventuellement, elles pourraient constituer jusqu’à 10 % de la ration alimentaire, comme c’est le cas au Japon.
  • Mélangez en parts égales sel de table et poudre d’algues.
  • On peut simplement faire griller le wakame ou la dulse et les réduire en poudre, que l’on ajoutera au plat de son choix.
  • Faites bouillir plusieurs feuilles de nori dans ½ tasse d’eau et faites cuire à petit feu jusqu’à ce que la plus grande partie de l’eau soit absorbée, afin d’obtenir une purée épaisse. Ajoutez un peu de tamari, faites cuire quelques minutes de plus et servez avec du riz ou des légumes.
  • Faites griller du wakame dans un four réglé à 180 °C (350 °F) pendant 10 à 15 minutes. Laissez refroidir et réduisez en poudre. Grillez des graines de sésame à sec dans une poêle et broyez-les avec la poudre d’algue jusqu’à ce que 80 % des graines soient pulvérisées. La proportion wakame et graines de sésame peut varier de 1 pour 1 à 1 pour 5, selon l’usage que l’on veut en faire.

Choix et conservation

Choisir

Le marché des algues fraîches étant peu établi en Amérique du Nord, on n’en trouve pratiquement pas. Toutefois, on trouve de plus en plus de la salade de dulse ou de wakame, offertes dans certaines poissonneries ou certains restaurants de sushis. Elles sont généralement agrémentées de graines de sésame et de piment.

Les algues fraîches doivent être bien rincées afin de les dessaler.

Les algues sèches sont vendues en feuilles, en rubans, en morceaux ou en poudre.

On peut trouver, dans les boutiques spécialisées, des algues en saumure ou en conserve. L’apparence et la texture des algues en conserve rappellent celles de la purée d’épinards.

Conserver

Algues fraîches : quelques jours au réfrigérateur.

Algues séchées : dans un contenant hermétique, à l’abri de la chaleur et de la lumière. La durée de conservation des produits emballés est généralement de 2 ans, quoiqu’au Japon, on les garde volontiers beaucoup plus longtemps du fait que les algues se bonifient avec le temps.

La petite histoire des algues

Noms communs : algues, légumes de mer.

Noms scientifiques :Porphyra spp., Palmaria spp., Undaria spp., Laminaria spp., etc.
Familles : fucacées, laminariacées, ulvacées, himanthaliacées, etc.

Le terme « algue », apparu en 1551, vient du latin alga.

Nul doute que les algues sont connues et consommées par l’Homo sapiens depuis son apparition sur la planète. On pense même que son prédécesseur, Homo erectus, en consommait déjà. Ces plantes marines font partie des traditions culinaires des populations côtières de la Chine, du Japon, de la Polynésie, d’Hawaï, du Royaume-Uni, de l’Islande et de la Sibérie.

Des textes chinois datant du VIe siècle avant notre ère font état de variétés d’algues au goût assez fin pour figurer au menu des rois. Au Japon, dès le XIIIe siècle, on en consommait couramment 8 espèces, nombre qui est aujourd’hui passé à 21. Au Xe siècle, la dulse (ou rhodyménie palmé) était assez commune dans l’alimentation des Islandais pour qu’on en réglemente la récolte.

Village sur algues
Dans l’archipel du Prince-de-Galles, situé dans le sud-est de l’Alaska, il existe un village auquel les Haïdas-Kaiganis, premiers habitants de la région, avaient donné le nom de Sukkwan, mot de la langue tlingit qui signifie littéralement « village sur la belle herbe sous-marine », par allusion aux algues comestibles qui poussent dans les eaux côtières.

Les traditions culinaires amérindiennes et inuites font également une large place aux algues. Sur la côte de l’Arctique, elles ont de tout temps constitué une ressource importante durant les périodes de disette. On sait aussi que les Inuits consommaient le contenu de l’estomac des baleines qu’ils pêchaient et qui était essentiellement composé d’algues microscopiques. En outre, les Amérindiens récoltaient les oeufs que les femelles de diverses espèces de poisson déposaient sur le varech, et faisaient cuire ensemble oeufs et varech. Ce mets est d’ailleurs fort prisé par les Japonais, qui paient le gros prix pour l’importer du Canada ou des États-Unis.

Connaissant la richesse nutritionnelle des algues, on peut s’étonner que les Européens, si l’on exclut ceux du Nord, et les Nord-Américains, les aient si peu ou pas du tout consommées. Par exemple, en Bretagne, pays de marins où l’on en a répertorié 600 espèces, on ne connaît qu’un plat traditionnel (une sorte de flan) à base de ces plantes. Quoi qu’il en soit, cette situation est en train de changer sous l’influence de la cuisine japonaise qui se répand partout dans le monde. À l’Est comme à l’Ouest, les chefs rivalisent de créativité pour les mettre au menu, les sushis en étant l’exemple le plus commun.

Cultiver les algues

Dès la fin du XVIIe siècle, les Japonais ont commencé à cultiver certaines espèces dans les eaux saumâtres de la baie de Tokyo. Depuis, l’algoculture s’est grandement développée puisque 90 % de toutes les algues vendues dans le commerce sont cultivées. Les principaux pays producteurs sont la Chine, le Japon et la Corée. La méthode la plus simple consiste à installer dans le milieu marin des supports auxquels elles s’accrochent, comme on le fait pour les moules. Toutefois, la culture sur terre, dans des bassins remplis d’eau de mer purifiée, évolue rapidement. Cette méthode se pratique depuis peu en Nouvelle-Écosse. Pour le futur, l’industrie se penche sur la possibilité de produire des variétés modifiées génétiquement dans un milieu fermé de type fermenteur où tous les facteurs environnementaux seront contrôlés.

Écologie et environnement

En France, des chercheurs du Centre national de recherche scientifique mènent depuis plusieurs années des recherches sur ce qu’il est convenu d’appeler la « vaccination » des plantes de culture par les algues marines. L’hypothèse de départ est que les algues marines possèdent des molécules qui ont pour effet de provoquer une réponse immunitaire chez les plantes et de leur permettre de se protéger contre les maladies. Ces molécules provoquent une série de réactions dans les cellules des plantes, comme la formation de véritables antibiotiques végétaux, appelés « phytoalexines », ou de protéines de défense (Pathogenesis related proteins).

Comme c’est le cas chez les vertébrés, la « vaccination des plantes » ne nécessite que de très faibles quantités de l’agent actif. De fait, lorsqu’on dépasse un certain seuil, l’effet est moindre. La protection dure environ 6 à 8 semaines, au bout de quoi il faut reprendre le traitement, si besoin est. Toutefois, il est essentiel que le traitement soit appliqué avant l’apparition de la maladie. Ce type de prophylaxie n’élimine pas entièrement le recours aux fongicides (agents qui combattent les champignons), mais diminue considérablement les quantités requises.

Soulignons que les algues sont employées depuis longtemps en agriculture biologique, tant pour stimuler la croissance des plantes que pour les protéger contre les maladies. Les producteurs de pommes de terre des régions côtières avaient coutume d’en mettre dans les sillons de plantation. Par la suite, on a appris à en fabriquer un purin en les faisant tremper dans l’eau. Filtré, ce purin était appliqué sur les plantes. Aujourd’hui, la pratique est généralisée en agriculture biologique, à cette différence qu’on se sert habituellement d’extraits préparés industriellement.

Ces extraits, qu’ils soient à base d’algues ou de plantes terrestres, constituent une solution de rechange naturelle aux pesticides de synthèse et aux controversés OGM.

Sections Idées recettes, La petite histoire, Choix et conservation, Écologie et environnement
Recherche et rédaction : PasseportSanté.net

Mise à jour : octobre 2010

 

 

Références

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu’un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.

Bibliographie

Agence canadienne d’inspection des aliments. Arsenic inorganique et consommation d’algues marine hijiki. [Consulté le 21 juin 2010]. http://www.inspection.gc.ca
Dauzat Albert, Dubois Jean, Mitterand, Henri. Nouveau dictionnaire étymologique et historique, Librairie Larousse, France, 1971.
Encyclopedia Britannica. Algae. Seaweed. Fucus. Kelp. Dulse, etc. Britannica.com [Consulté le 21 juin 2010]. http://www.britannica.com
Espace des sciences. Biotechnologies marines, un vaccin pour les plantes. [Consulté le 21 juin 2010]. http://www.espace-sciences.org

Ferland G., Bertrand B., Potvin S. Régime contrôlé en vitamine K. Dans : Chagnon Decelles D., Daignault Gélinas M., Lavallée Côté L. et coll. Manuel de Nutrition Clinique, 3e éd. Montréal, Ordre professionnel des diététistes du Québec, 2000
Goëmar.com Goemar.com [Consulté le 21 juin 2010]. http://www.goemar.com
Higher Education Authority. Algae Base. Algaebase.org [Consulté le 21 juin 2010]. http://www.algaebase.org
Kiple Denneth F, Ornelas Kriemhild Coneè (Dir.) The Cambridge World History of Food, Cambridge University Press, Grande-Bretagne, 2000.
Kuhnlein Harriett V., Turner Nancy J. Traditional Plant Foods of Canadian Indigenous Peoples. Nutrition, Botany and Uses. Katz Solomon H. (Éd.) Food and Nutrition in History and Anthropology, 1991.
Michael Guiry’s Seaweed Site. Seaweed.ie [Consulté le 21 juin 2010]. http://www.seaweed.ie
Santé Canada. Fichier canadien sur les éléments nutritifs, 2010. [Consulté le 2 novembre 2010]. webprod.hc-sc.gc.ca
Saint-Laurent vision 2000. Les algues comestibles. [Consulté le 21 juin 2010].
Service de diététique, Hôpital Laval. Alimentation et anticoagulothérapie, Québec, 2005.
Société du Musée canadien des civilisations. Les Haïdas-kaïganis : Sukkwan. Civilisations.ca [Consulté le 21 juin 2010]. http://www.civilization.ca
Tannahill Reay. Food in History, Three Rivers Press, États-Unis, 1988.
Toussaint-Samat Maguelonne. Histoire naturelle et morale de la nourriture, Bordas, France, 1987.

Notes

1. Yuan YV, Carrington MF, Walsh NA. Extracts from dulse (Palmaria palmata) are effective antioxidants and inhibitors of cell proliferation in vitro. Food Chem Toxicol 2005 July;43(7):1073-81.
2. Hosokawa M, Kudo M, et al. Fucoxanthin induces apoptosis and enhances the antiproliferative effect of the PPARgamma ligand, troglitazone, on colon cancer cells. Biochim Biophys Acta 2004 November 18;1675(1-3):113-9.
3. Maeda H, Hosokawa M, et al. Fucoxanthin from edible seaweed, Undaria pinnatifida, shows antiobesity effect through UCP1 expression in white adipose tissues. Biochem Biophys Res Commun 2005 July 1;332(2):392-7.
4. Jiménez-Escrig A, Sanchez-Muniz FJ. Dietary fibre from edible seaweeds: chemical structure, physicochemical properties and effects on cholesterol metabolism. Nutrition Research 2000;20(4):585-98.
5. Ordre professionnel des diététistes du Québec. Manuel de nutrition clinique. 2004.
6. Sanchez-Machado DI, Lopez-Hernandez J, et al. An HPLC method for the quantification of sterols in edible seaweeds. Biomed Chromatogr 2004 April;18(3):183-90.
7. Jones PJ, MacDougall DE, et al. Dietary phytosterols as cholesterol-lowering agents in humansCan J Physiol Pharmacol 1997 March;75(3):217-27.
8. Funahashi H, Imai T, et al. Wakame seaweed suppresses the proliferation of 7,12-dimethylbenz(a)-anthracene-induced mammary tumors in rats. Jpn J Cancer Res 1999 September;90(9):922-7.
9. Funahashi H, Imai T, et al. Seaweed prevents breast cancer?Jpn J Cancer Res 2001 May;92(5):483-
10. Lu LJ, Anderson KE, et al. Decreased ovarian hormones during a soya diet: implications for breast cancer prevention. Cancer Res 2000 August 1;60(15):4112-21.
11. Tham DM, Gardner CD, Haskell WL. Clinical review 97: Potential health benefits of dietary phytoestrogens: a review of the clinical, epidemiological, and mechanistic evidence. J Clin Endocrinol Metab 1998 July;83(7):2223-35.
12. Wu AH, Ziegler RG, et al. Tofu and risk of breast cancer in Asian-Americans. Cancer Epidemiol Biomarkers Prev 1996 November;5(11):901-6.
13. Skibola CF, Curry JD, et al. Brown kelp modulates endocrine hormones in female sprague-dawley rats and in human luteinized granulosa cells. J Nutr 2005 February;135(2):296-300.
14. Cann SA, van Netten JP, van NC. Hypothesis: iodine, selenium and the development of breast cancer. Cancer Causes Control 2000 February;11(2):121-7.
15. Watanabe F, Takenaka S, et al. Dried green and purple lavers (Nori) contain substantial amounts of biologically active vitamin B(12) but less of dietary iodine relative to other edible seaweeds. J Agric Food Chem 1999 June;47(6):2341-3.
16. Takenaka S, Sugiyama S, et al. Feeding dried purple laver (nori) to vitamin B12-deficient rats significantly improves vitamin B12 status. Br J Nutr 2001 June;85(6):699-703.
17. Phaneuf D, Cote I, et al. Evaluation of the contamination of marine algae (Seaweed) from the St. Lawrence River and likely to be consumed by humans. Environ Res 1999 February;80(2 Pt 2):S175-S182.
18. Arsenic inorganique et consommation d’algues marine hijiki, Agence canadienne d’inspection des aliments. [Consulté le 21 juin 2010]. http://www.inspection.gc.ca
19. Jin JO, Song MG, et al. The mechanism of fucoidan-induced apoptosis in leukemic cells: Involvement of ERK1/2, JNK, glutathione, and nitric oxide. Mol.Carcinog. 2010;49:771-82
20. Fucoidan induces apoptosis through activation of caspase-8 on human breast cancer MCF-7 cells. Yamasaki-Miyamoto Y, Yamasaki M, et al. J Agric Food Chem. 2009 Sep 23;57(18):8677-82.
21. Teas J, Hurley TG, et al. Dietary Seaweed Modifies Estrogen and Phytoestrogen Metabolism in Healthy Postmenopausal Women. J Nutr 2009;139:939-44
22. Rioux LE, Turgeon SL, Beaulieu M. Structural characterization of laminaran and galactofucan extracted from the brown seaweed Saccharina longicruris. Phytochemistry 2010
23. Cumashi A, Ushakova NA, et al. A comparative study of the anti-inflammatory, anticoagulant, antiangiogenic, and antiadhesive activities of nine different fucoidans from brown seaweeds. Glycobiology 2007;17:541-52

24. Rioux LE, Turgeon SL, Beaulieu M. Characterization of polysaccharides extracted from brown seaweeds. Carbohydrate Polymers 2007;69:530-7
25. Rioux LE, Turgeon SL, Beaulieu M. Effect of season on the composition of bioactive polysaccharides from the brown seaweed Saccharina longicruris. Phytochemistry 2009;70:1069-75
26. Arterburn LM, Oken HA, et al. Algal-oil capsules and cooked salmon: Nutritionally equivalent sources of docosahexaenoic acid. J Am Diet Ass 2008;108:1204-9
27. Harwood JL, Guschina IA. The versatility of algae and their lipid metabolism. Biochimie 2009;91:679-84
28. Bocanegra A, Bastida S, et al. Characteristics and Nutritional and Cardiovascular-Health Properties of Seaweeds. J Med Food 2009;12:236-58